To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom

Richard Rohac

Né à Vienne en 1906, Richard Rohac fait son apprentissage dans l’atelier de Karl Hagenauer à Vienne pendant son adolescence et reste neuf ans dans cet atelier avant d’ouvrir son propre atelier de ferronnerie en 1932. Karl considère Rohac comme un travailleur modèle, mais le laisse partir par manque de travail à lui proposer. La carrière de Rohac a été interrompue en 1939 par six années de service militaire et par une période pendant laquelle il a été fait prisonnier de guerre en Grèce. À son retour à Vienne, il ouvre à nouveau son atelier et commence à produire les mêmes types d'articles de décoration intérieure qu’auparavant. Les objets de cette époque sont marqués « ROHAC WIEN ».

Lorsqu'un marché pour les objets décoratifs recommence à émerger, Rohac se tourne vers la conception et la production de bustes et de sculptures, ainsi que de tout type d’accessoires, de bureau, pour fumeurs, aux tire-bouchons en passant par les serre-livres et les chandeliers. En 1951, alors que Rohac n’a aucun réseau qui lui permettre de vendre à l’international, il signe un contrat d’exclusivité pour la distribution de ses créations avec la compagnie d’export autrichienne Gebr. Gödde (Gödde Brothers) ; elle lui permet de vendre ses créations en Europe, en Amérique du Nord et du Sud.

Au cours des années 50, il se spécialise dans les personnages exotiques, notamment africains et asiatiques ainsi qu’autour des animaux de la jungle.

Rohac meurt à Vienne en 1956. Sa veuve, Maria, continue l’activité de l’entreprise pendant quelques années, mais le marché pour les objets décoratifs, notamment les figurines africaines en vogue dans les années 50, baisse significativement ; finalement l’entreprise ferme en 1968.